AUTO & TECHNIK
MUSEUM SINSHEIM

Tupolev TU-144

Dans les années 1960, les concepteurs des concordes britanniques / français et des Tupolev russes TU-144 ont concouru pour voir qui ferait voler dans les airs le premier avion de ligne supersonique. Pas plus tard qu'après que les Russes onnt montré en 1965 au Salon de l'aéronautique à Paris le modèle d'un avion de passagers supersonique, il fut clair qu'ils laisseraient pas ce prestigieux à leurs homologues occidentaux sans combattre. Et en effet, ils eurent in fine une longueur d'avance. Le 31/12/1968, le premier prototype du Tupolev TU-144 s'éleva dans le ciel. Le Concorde suivi seulement le 03/02/1969. La grande similitude entre le Tu-144 et Concorde a fait apparaître un soupçon d'espionnage industriel, mais en fin de compte cette hypothèse n'a pas pu être prouvée.

La phase de lancement de l'avion preque complètement développé a eu lieu le 21 mai 1970 à l'aéroport de Moscou Sheremetyevo. Cinq jours plus tard, il fut le premier avion de ligne à du monde à atteindre Mach 2 avec 2150 km/h. Lorsque le Tu-144, un an plus tard, apparu au Salon à Paris en 1971 pour la première fois en Occident, il avait déjà atteint une vitesse maximale de 2443 km/h en vols d'entraînement. Cependant, le projet connut en 1973 un premier sérieux revers, quand un Tu-144 s'écrasa au Salon du Bourget devant les caméras. Après plusieurs années de développements, le Tupolev TU-144 pris finalement un service régulier le premier novembre 1977 entre Moscou et Alma Ata. Ces vols furent seulement rétablis sept mois plus tard après un autre accident. Le manque de rentabilité peut avoir contribué à cette décision. Le dernier vol régulier d'un Tu-144 eut lieu le premier juin 1978.

Après de longues négociations, l'association du musée a réussi, pour l'anniversaire des 20 ans du Musée en 2001, à obtenir une copie de ce type d'aéronef, qui a écrit un chapitre important dans l'histoire de l'aviation pour l'exposition d'avions à Sinsheim. Dans un transport qui a fait sensation, qui mena sur plus de 4000 km de Moscou à Sinsheim et a trouvé un gigantesque écho dans toute l'Europe, le Tupolev TU-144 fut transporté sur les routes maritimes et terrestres jusqu'au terrain du musée, et fut ensuite monté en position de départ sur le toit du Hall 1 au moyen de trois supports en acier.

TRANSPORT DU TUPOLEV TU-144

Dans la nuit du 8 novembre 2000, une des entreprises les plus spectaculaires à ce jour du musée de la technologie de Sinsheim rencontra un dénouement triomphal : tenu par deux énormes grues mobiles, le fuselage long de 48 mètres du Tu-144 Tupolev fut suspendu sur le terrain du musée. L'aventure avait commencé quelques semaines plus tôt à Moscou. La machine fut d'abord acheminée par voie navigable vers Saint-Petersbourg et de là vers Rotterdam. De là, il partit ensuite jusque Mannheim puis, après le chargement sur un bateau plus petit, jusqu'au port de Heilbronn. Les derniers kilomètres ont dû être nécessairement couverts avec un transport spécial par voie terrestre. En raison de la taille énorme du Tupolev, il n'était pas question d'une balade à travers la ville de Sinsheim, l'avion décomposé fut soulevé directement sur le terrain du musée à partir de l'autoroute bloquée.

Ensuite, il fut nécessaire de remonter complètement l'oiseau géant, et de le préserver à la fois de l'intérieur et de l'extérieur. En même temps, les plans pour construire les puissants piliers d'acier qui devaient assurer même en cas de tempête un maintien sûr à l'avion de pas moins de 100 tonnes et de 67 mètres de long.

Le 26 mars 2001, tout fut enfin prêt pour le grande finale. Ce fut donc au tour des spécialistes de la société SCHOLPP qui avaient déjà levé l'avion encore démonté de l'autoroute sur le terrain du musée à son arrivée. Étant donné que l'avion ne pouvait pas être manœuvré de manière stable en raison de sa longueur à partir d'une seule grue, un tandem de grues fut utilisé. La principale charge portant une énorme grue sur chenilles avec une charge de charge maximale de 1.000 tonnes (Demag CC 2500), qui soulève le plan à l'arrière par une traverse arrière. Pour faire tourner la charge spécifique, l'appareil fut tenu par une deuxième grue (modèle Demag AC 300) au dessus du train avant. Après le pivotement prévu exactement de l'avion par les deux grues, il fut déposé en toute sécurité sur la structure en acier d'une portée de 35 mètres, puis fermement vissé avec des socles à l'extrémité des piliers en acier.

The selected language is not available. What you want to do?

Mit Klick auf [OK] öffnet sich die Website des Technik Museum Speyer in einem neuen Fenster.
Bitte beachten Sie, dass das Technik Museum Speyer etwa 35 Kilometer von Sinsheim entfernt liegt und ein separates Museum ist.